Le benchmarking qu’est-ce que c’est ?

Aspirez-vous à devenir le leader incontesté dans votre activité ? Vous recherchez de la compétitivité autour de votre activité, ou vous brûlez d’envie de percer le mystère derrière la réussite des grands hommes et grandes entreprises. Voici pour vous, le benchmarking : la solution à toutes vos inquiétudes.

Le benchmarking ; signification, objectifs et utilités

 Développé en 1980, le benchmarking est la formule qu’adoptent aujourd’hui toutes les grandes institutions et/ou marques pour rester dans le top des plus influents. Il s’agit d’une stratégie de communication concurrentielle basée sur la comparaison : un processus continu de recherche, d’analyse comparative, d’adaptation et d’implantation des meilleures pratiques disponibles pour améliorer la performance des processus dans une organisation.

A lire aussi : Quel taux de retour peut-on espérer après distribution de flyers ?

Il étudie les techniques et fait la différence entre les démarches stratégiques d’une entreprise et celles d’une autre jugée ou qualifiée bonne. Il vise à ressortir les étapes les plus intéressantes de sa tactique en vue de créer une autre stratégie plus complète afin de rivaliser efficacement. Le benchmarking se distingue de l’étude de marché et de la veille concurrentielle, il en existe sous trois types : le benchmarking interne, le benchmarking externe et le benchmarking générique.

Le benchmarking interne est celui qui s’effectue en interne, entre entité ou entre départements au niveau de grands groupes. Le benchmarking externe : ici, la filiale se compare à des organisations ou des structures qui se rapprochent d’elle, en taille, de secteur d’activité ou de chiffre d’affaires. Le benchmarking générique : est celui populaire que tout le monde adopte généralement du fait qu’il fournit des analyses plus détaillées.

Dans le meme genre : Quelles tactiques de marketing digital fonctionnent pour les entreprises de réparation de vélos ?

Il permet aux entreprises de se comparer aux leaders sur le marché ; de ce fait, il prend pour piédestal les idées et les bonnes pratiques de fonctionnement de ces derniers, pour ensuite apporter une amélioration à leur propre processus et à leur performance pour pouvoir grandir et concurrencer.

Réalisation et impacts du benchmarking

Comme pour toutes autres stratégies dignes de noms, la réalisation du benchmaking nécessite des efforts considérables et un professionnalisme donné. Pour ce faire, il faut ;

Réaliser une auto-évaluation :

Cette étape amène l’entreprise qui effectue le benchmarking à se remettre en cause en faisant l’analyse de sa structure, de ses services et en effectuez un diagnostic de son fonctionnement ; il s’agit d’une auto-évaluation.

Lister les comparatifs

Ici, l’entreprise définit la liste des organisations auxquelles elle souhaite se comparer afin d’opter pour les entités qui se démarquent par leur excellent système de management ou par leur processus innovant.

Collecter les données 

Rechercher des informations fiables sur les entités sélectionnées dans l’étape précédant par l’établissement de partenariat. Collecter aussi les informations officielles sur : les entreprises concurrent, les réseaux sociaux, les sites internet.

Analyser les données (début du benchmarking)

ici , il incombe de classer les informations récoltées afin d’entamer les comparaisons : c’est là que débute vraiment le benchmarking. Mesurer les écarts ente les données de l’entreprise qui effectue le benchmarking et celles de la concurrence. Le résultat obtenu permet de transformer les données recueillies en des recommandations pour orienter clairement les collaborateurs.

Mettre en place et suivre un plan d’action

À ce niveau, on peut considérer que la mission est majoritairement effectuée, car le plus dur étant fait, il ne reste qu’à mettre en place et en exécution les nouvelles suggestions pour ne pas se rapprocher le plus vite de la concurrence avant que cette dernière ne change de stratégie et ne donne encore plus d’écart, parce que la concurrence ne reste pas figée ; elle est évolutive. Il ne faut pas non plus oublier la phase de suivi et réévaluation qui autant que les autres est aussi importante... C’est elle qui permet de savoir si le benchmarking a réussi ou non.

 Il est l’une des armes les plus puissantes qui permettent depuis des dizaines d’années de propulser les entreprises vers l’excellence en optimisant leurs communications, améliorant leur relation clients, en maintenant leurs compétitivités et en sécurisant leurs positionnements sur le marché. Par contre, cet outil n’est pas sans impact négatif, car il apporte une relation de parasitisme entre les entreprises. L’une vit aux dépens de l’autre et pour la majorité des cas, on assiste à du vol d’innovation ou de propriété intellectuelle. Cette technique est même prohibée dans certains pays ; la France par exemple.

Le benchmarking est un outil puissant en ce qui concerne la promotion et les améliorations dans une organisation. Il analyse les données qui touchent l’entreprise, optimise le processus mis en place, repère les points clés à améliorer, les opportunités de marché et maintiennent les avantages concurrentiels.