Quelles sont les différences entre les achats directs et indirects ?

Il est essentiel de comprendre tout ce qui définit et représente les achats dans une organisation si vous voulez tirer le meilleur parti de vos achats de services. Les processus opérationnels d'achat de services comprennent à la fois les achats directs et indirects. Ils se distinguent par leurs caractéristiques uniques, leurs procédures de travail et les facteurs clés qui affectent l'expansion et le succès d'une organisation. 

Pour que l'entreprise puisse continuer à se développer, il est crucial de pouvoir faire la distinction entre les deux et de savoir quand il est préférable de faire un achat direct plutôt qu'un achat indirect.

A lire en complément : Pourquoi faire du marketing de réseau ?

Qu'est-ce qu'exactement les achats directs ?

Le terme achats directs fait référence à la méthode d'approvisionnement liée à l'achat de matières premières et d'articles liés à la fabrication. Il s'agit d'effectuer régulièrement des achats importants auprès de fournisseurs fiables qui offrent des garanties. En d'autres termes, les achats directs sont l'acquisition des ressources utilisées par l'entreprise pour créer ses produits ou services réels. Lorsque les achats directs sont suspendus ou arrêtés, cela risque de nuire gravement à la capacité de production de l'entreprise.

À quoi réfèrent les achats indirects ?

L'expression achats indirects désigne les achats de biens ou de services qui sont nécessaires au fonctionnement quotidien de l'entreprise. Sans les achats indirects de biens tels que les fournitures de bureau, les réparations d'outils et d'équipements, etc, les entreprises ne peuvent pas fonctionner dans de conditions normales. Comme dit précédemment, les achats indirects sont répartis dans toute l'entreprise et contribuent à son fonctionnement. Ils font l'objet de moins d'attention et de financement, mais une mauvaise gestion peut entraîner des déséquilibres financiers importants.

Dans le meme genre : Quel impact l'IA de génération d'image a-t-elle sur la sécurité visuelle des données en entreprise ?

En quoi les achats directs et indirects diffèrent-ils les uns des autres ?

Dans la pratique, les achats directs et indirects diffèrent sensiblement les uns des autres, même si, dans les définitions, ils semblent évidents.

Les relations client-fournisseur

L'une des distinctions les plus cruciales concerne la gestion des relations avec les fournisseurs. Les équipes en charge des achats directs doivent consacrer beaucoup de temps et d'énergie à la construction et au maintien des relations avec les fournisseurs. Dans le cas des achats indirects, l'accent est mis sur les dépenses plutôt que sur les avantages de la relation avec les fournisseurs. Le but premier de la collaboration avec les fournisseurs est de réduire les coûts, la communication est donc transactionnelle.

L'importance du contrôle des stocks

La gestion des inventaires et le contrôle des stocks font partie intégrante des activités des services d'achat. Ainsi, dans le cadre des achats directs, la gestion des stocks est nécessaire pour éviter les retards ou les problèmes liés aux stocks. La demande détermine en fin de compte les achats indirects dans leur ensemble.

Des achats, oui, mais pour quel type d'entreprise ?

Les achats directs sont souvent gérés par des équipes centralisées d'acheteurs dédiés. En comparaison, les achats indirects adoptent une stratégie beaucoup plus décentralisée, déléguée et sensible à la demande des clients, qui varie d'un service à l'autre. L'utilisation de la technologie a facilité le suivi et la gestion des achats directs et indirects, notamment des achats indirects, qui ne sont plus une dépense mystérieuse et difficile à gérer.

Quand devez-vous externaliser vos achats ?

Étant donné que de nombreuses organisations ne disposent pas des compétences nécessaires pour tirer parti de toutes les opportunités et maximiser l'efficacité des dépenses indirectes, l'externalisation semble être une alternative intéressante. Les fournisseurs de services externes, par exemple, peuvent offrir des compétences et des capacités précieuses telles que la connaissance du marché, l'expérience dans un secteur spécialisé, la discipline des processus et les technologies de pointe de la chaîne d'approvisionnement. 

D'un autre côté, l'externalisation s'accompagne de son propre ensemble de risques. Elle peut avoir un effet à long terme sur l'efficacité de la fonction dans son ensemble, mais pas l'effet à long terme que les dirigeants espèrent. Au lieu de cela, les entreprises peuvent constater que la valeur qu'elles ont initialement réalisée au cours de la première ou de la deuxième année diminue jusqu'à atteindre un faible niveau.

De plus, l'absence d'une relation solide avec l'organisation cliente peut rendre la collaboration difficile, et la nature transactionnelle de la majorité des contrats d'externalisation empêche une approche plus stratégique de l'optimisation. 

Cependant, certaines entreprises ont réalisé que, plutôt que de simplement externaliser la fonction d'approvisionnement, l'approche la plus efficace pour optimiser l'approvisionnement indirect est d'en faire une branche stratégique qui crée de la valeur pour l'organisation. Un tel changement nécessite donc la mise en place de procédures de gestion assez strictes ainsi que la réforme d'attitudes et de comportements bien établis.